Recherche de témoignages (violences sexuelles)

Pour un projet littéraire je suis à la recherche de témoignages de victimes de violences sexuelles.

Chaque témoignage sera scindé en différentes parties :

1- Comment avez-vous réagit au moment du viol ou de l’agression sexuelle (figement, fuite, combat, etc…)

2- Comment avez-vous été reçu(e)s au commissariat ou à la gendarmerie lors de votre plainte ?

3- Si vous n’avez pas porté plainte, pouvez-vous en donner la raison ?

4- En avez-vous parlé à votre entourage? Si oui, comment ont-ils réagit? Vous soutiennent-ils encore à l’heure actuelle?

5- Votre plainte a-t-elle fait l’objet d’un classement sans suite, d’un non-lieu, d’une relaxe ou d’un acquittement? Ou à l’inverse l’agresseur a-t-il été condamné? Comment avez-vous vécu cela?

6- Quelles investigations ont été menées durant l’enquête ? (Expertises, témoignages, analyses ADN, etc…)

7- Quel a été votre parcours psychologique après l’agression?

8 – Quelles ont été les conséquences sur votre vie familiale?

9- Quelles ont été les conséquences sur votre vie scolaire, professionnelle?

10- Quelles ont été les conséquences sur votre vie amoureuse? Sur votre sexualité?

11- Plus largement quels sont les changements que vous percevez depuis l’agression?

12- Comment voyez-vous votre corps? Avez-vous constaté des changements physiques depuis les faits? Avez-vous des troubles alimentaires?

13- Avez-vous souffert d’amnésie traumatique?

14- Qu’avez-vous entrepris pour vous sentir mieux? (sport, yoga, théâtre, relaxation, etc…)

15- Quelles sont les thérapies qui fonctionnent selon votre expériences? (EMDR, TCC, Hypnose, etc…)

16- Si vous pouviez donner des conseils à des victimes que diriez-vous?

Bien évidemment il ne faudra pas répondre aux questions uniquement par oui ou par non, un développement est nécessaire. Vous pouvez parfaitement ne pas répondre à certaines questions. L’important pour moi est de recueillir un maximum de témoignages différents, tous les âges sont les bienvenus.

Vous pouvez signer le témoignage avec votre véritable prénom ou un pseudo, votre âge, votre ville ou pays si vous le souhaitez. Il ne faudra pas que l’auteur ou les auteurs des faits soient reconnus à travers votre témoignage. Ce qui importe ici est le parcours des victimes après des violences sexuelles afin de leur donner la parole.

Merci de m’adresser votre témoignage en copiant-collant les questions ci-dessus sur un fichier word ou open office et en répondant aux questions directement sous celles-ci. N’oubliez pas de mettre en objet  » Mon témoignage ». Voici mon mail : annacirce.ecrivaine@gmail.com

Anna Circé

Share Button

5 commentaire sur “Recherche de témoignages (violences sexuelles)

  1. Je connais une personne qui a été victime. De violences conjugales et tentative de viol puis après son départ de violence sur enfants. De multiples plaintes déposés. Protection de l agresseur par les gendarmes
    Protection par son avocate avec faux et usages de faux
    Actuellement la victime a été condamnée pénalement et l agresseur est devenu tout puissant

  2. Bonjour,

    Je suis actuellement hospitalisé jusqu’à lundi, mais je souhaiterai vous
    apporter mon témoignage. J’ai 61 ans, enseignant en arrêt maladie,
    violé à l’âge de 12 ans par un prêtre, le curé Peyrard.
    A bientôt donc
    Cordialement
    Jean François Roche

  3. Mon violeur a reconnu les faits mais ne peut être condamné à cause du délai de prescription. J’ai déposé plainte après les 10 ans légaux…en fait j’ai déposé plainte quand il m’a quittée, car mon déni s’est soudainement arrêté! depuis qu’il a été acquitté, il peut me regarder droit dans les yeux et me dire: je ne t’ai pas violée: ce qu’il a fait. Depuis, il a mis une stratégie de harcèlement pour me faire taire… mais je ne me tairai jamais. L’hypnose permet d’évacuer les traumatismes même anciens. Le jour du viol j’avais l’impression d’être sortie de mon corps et de flotter au dessus de moi-même… sensation bizarre…évidemment ces années de déni puis de reconstruction pèsent sur la vie normale. Mon corps qui a été agressé a décidé dans son inconscient de se poser la question de l’autorisation de vivre. En effet si on a le droit de faire autant de mal alors est-on humainement au même niveau que l’agresseur, surtout s’il n’est pas condamné. La réponse va de soi: oui, mais l’inconscient en avait décidé autrement…malgré les menaces je ne me tairai jamais surtout pour celles qui n’osent pas parler ou qui comme moi parleront trop tard. Malgré la loi qui a évolué le nombre de femme violées a augmenté et le nombre de condamné a diminué… veut on vraiment changer les choses à ce sujet? Pas si sûr…pour les enfants violés, c’est idem: à quand l’abolition de la prescription?

  4. Bonjour, j’ai été victime d’une tentative de viol dans un commissariat puis incarcérée afin de me faire taire et me soustraire aux médecins car j’ai également été victime de très graves violences physiques. L’igpn était intervenue à l’époque, cependant je n’ai jamais eu aucune excuse, ni indemnisation pour les 10 jours de maison d’arrêt, ni pour mon nez cassé, mes vertèbres abîmées à vie…à savoir que j’ai, notamment, été soulevée par la tête et jetée contre un mur au cri de  » tous au four » », de salut nazi en pleine rue, battue alors que j’étais menottée à un radiateur, maintenue assise de force sur un angle de bureau pendant que la quasi totalité des policiers présents viennent, en colonne, me frapper au visage, le tout DEVANT TÉMOINS… sans parler du traumatisme profond et toujours présent. Je suis à votre disposition…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *