Tu soutiens la victime ou le violeur ?

Un viol c’est double, triple, quadruple peine pour la victime. Je pense qu’il est temps de vous dévoiler l’envers du décor.

En février 2002 lorsque j’avais 13 ans, un élève de ma classe m’a agressée sexuellement. Ma mère a contacté le collège et le directeur a exclu l’élève en question seulement deux jours mais il n’a pas voulu le changer de classe, stipulant que si j’étais gênée par sa présence c’était à moi de migrer dans une autre quatrième. J’ai refusé car je trouvais cela injuste. Je suis donc restée durant six semaines dans la classe de celui qui avait commis des horreurs sur moi, je pleurais quasiment à chaque cours. Finalement le directeur a décidé de m’inscrire dans un autre collège au lieu d’exclure l’agresseur. Cette histoire m’a changée à jamais.

Mais comme cette injustice n’était pas suffisante, presque tous les élèves se sont mis à m’harceler, considérant que je mentais et que j’étais consentante. Ba oui vous comprenez il avait avoué devant le directeur mais difficile de passer pour un agresseur auprès de ses amis, ça craint. Bref, j’ai déposé plainte et il a été condamné deux ans plus tard. Evidemment il n’a pas supporté cet affront et a diffusé ma photo dans toute la ville avec consigne de m’harceler. A cette époque le harcèlement n’était pas du tout reconnu et j’ai subi ça quotidiennement durant six ans. Rien que ça. En fait tout s’est arrêté quand j’ai eu mon bac et par conséquent changé de ville pour poursuivre mes études.

Je remercie aussi ces profs et la directrice du nouveau collège où j’avais atterri qui ont refusé que je parte en voyage scolaire par peur « que je ne couche avec un élève dans le bus », oui, oui, vous avez bien lu !

Tant d’injustices a forgé en moi un caractère très fort, révolté, rebelle. J’ai fait mon petit bonhomme de chemin en poursuivant mes études. Le sort s’acharne parfois puisqu’en novembre 2011 un de mes proches me viole. Je porte plainte et après six ans de combat il est acquitté en janvier 2018. Le harcèlement reprend. Je déménage.

Je ne suis pas un cas isolé, vous n’imaginez pas le nombre d’histoires que j’entends autour de moi et qui me révoltent. Le problème c’est qu’instinctivement les gens se rangent du côté de l’agresseur : « Il n’a pas pu faire ça », « Je le connais bien », « Il n’est pas violent », « Il est gentil », « Il a un travail ». Par contre on soupçonne toujours les victimes : « Elle veut de l’argent », « Elle est jalouse », « Elle est paumée », « Elle est moche », « Elle aurait dû se défendre », « Elle voulait se venger », « Elle est dépressive », « Elle veut attirer l’attention ». Clairement quand un homme se fait agresser par une femme la masse pense : « C’est impossible il a plus de force » et quand il s’agit d’une femme : « Un coup de pied dans les couilles ce n’est pas compliqué quand même ! »

Je ne comprends pas pourquoi systématiquement quand il s’agit d’un viol, les soupçons se portent sur la victime et non pas sur l’agresseur, comme si ce crime était « à part », « hors-catégorie ». On refuse d’admettre que des personnes proches puissent être des violeurs, c’est tabou, c’est au-delà du supportable. On préfère alors fustiger la victime car c’est plus acceptable de penser qu’une femme ment que d’imaginer son mari, son frère, son fils, son ami en train de violer. C’est plus confortable n’est-ce pas?

Et on voit bien que la justice n’y peut pas grand chose car regardez mon cas : mon premier agresseur a été condamné par la justice, pourtant les ados se sont quand même rangés de son côté. Le second a été acquitté mais la majorité estime tout de même qu’il est coupable et se range de mon côté (on ne parle pas des débiles autour de lui bien sûr !). Ce qui a changé c’est qu’après ma première agression je ne me suis pas défendue, je n’ai pas cherché à raconter les faits ou à me justifier, estimant que c’était personnel. Après le viol j’ai agi de la même façon mais au bout de cinq ans et demi j’ai mis en ligne ma pétition et j’ai raconté mon histoire dans les médias. On me dit régulièrement que ça se voit que je suis sincère quand je parle de mon histoire et du coup on a continué à me soutenir après l’acquittement (merci !)

Il est évident que la libération de la parole des victimes changera énormément la perception de la masse concernant le viol car le sujet devient de moins en moins tabou et on se rend bien compte que les fausses déclarations sont très minoritaires. A mon sens c’est en continuant à mettre en lumière des témoignages, en PARLANT que ça évoluera. Vous n’imaginez pas le nombre de personnes qui ont été surpris que je témoigne à visage découvert, en mettant un visage, une identité sur une victime on devient plus sensible envers le sujet évoqué, c’est ce que j’ai ressenti. On m’a souvent dit : « On entend parler de viol mais ça nous paraît lointain, impersonnel car le viol n’a pas de visage, ne se montre pas. »

Il faudra encore du temps pour accepter qu’un artiste qu’on aime bien, qu’un collègue qu’on trouve sympa, qu’un frère qui est adorable avec ses compagnes, qu’un père aimant puisse montrer un autre visage et commettre un acte abominable. On accepte qu’un proche puisse frapper ou tuer même mais pas qu’il viole, c’est une réalité. Le viol c’est le crime ultime, l’horreur absolue, la mort vivante, c’est un crime impossible dans l’imaginaire. Il n’y a que les fous ou les meurtriers qui violent, mon voisin lui ne peut pas puisque je le vois tous les jours, qu’il est poli et qu’il n’a pas une tête de violeur.

Je me demande bien à quoi ressemble une « tête de violeur »? Sûrement pas à un homme marié, père de famille, qui travaille, gentil, et pourtant… Vous savez ils ne se baladent pas dans la rue avec une inscription sur le front « Je vais te violer dans cinq minutes et après je reprendrai ma vie tranquille, j’embrasserai ma femme, je ferai des blagues à mes collègues, je sourirai à mes enfants. »

Quasiment tous les viols sont commis par des proches et évidemment avant de subir ce crime on ne peut soupçonner le violeur d’en être un jusqu’à ce qu’il agisse. C’est évident, sinon on fuirait bien avant que le viol ne se produise. Vous savez si on m’avait dit il y a dix ans que je serais violée par telle personne trois ans plus tard, j’aurais ri je crois tellement ça m’aurait paru improbable. Le viol est improbable, inattendu ! On ne sait pas ce qui se joue dans la tête des agresseurs, ce qui se passe quand on ne veut pas et qu’ils continuent quand même, quand ils deviennent violents tout à coup. Les violeurs doivent être punis aussi sévèrement que les meurtriers pour les blessures invisibles qu’ils infligent à VIE. Le violeur vit bien ensuite car il se ment à lui-même, il ne se dit pas qu’il a violé, bien sûr que non !

A méditer !

Anna

Share Button

43 commentaire sur “Tu soutiens la victime ou le violeur ?

  1. Merci chère Anna pour votre témoignage ; quelle force vous avez du déployer pour vous battre ainsi et parler, surtout !
    Prenez soin de vous,
    Sincèrement

  2. Anna j admire votre hargne toujours aussi remarquable ,les blessures sont invisibles , mais sont gravées à vie
    Je ne reste pas insensible à votre épreuve si douleur ruse
    Je vous souhaite à l avenir de retrouver le bonheur

  3. Je viens de lire tout le texte et malheureusement c’est bien vrai. Je suis moi- même victime même si ce mot est encore dur à prononcer, j’ai été violée 3 x j’ai porté plainte une fois 2016 le dernier agression remonte à il y a 3 mois, je n’ai pas porté plainte je continue de faire comme si de rien n’était j’en ai parlé une éducatrice et à ma psychiatre tout 2 mon conseiller d’aller porter plainte mais je préfère faire comme si de rien n’était et continuer ma vie tant bien que mal j’aurais aimé avoir le courage que tu as franchement bravo !!

    1. Il faut porter plainte et dès que cela arrive, sinon cela se termine par des non lieu. Trop de femmes et adolescentes portent ce fardeau, souvent seule. Cela doit changer. Un viol c’est 15 ans de prison pour l’agresseur… Faire l’autruche ne servira jamais à rien. J’ai été violée et malheureusement ma fille de 19 ans aussi, mais je l’ai su trop tard… Reagissez SVP.

  4. Il ne faut pas passer d’un extrême à l’autre, passer de l’impunité à « Les violeurs doivent être punis aussi sévèrement que les meurtriers », comme le dit la suite de la phrase « pour les blessures invisibles qu’ils infligent » il s’agit de blessures pas de mort. Je dirais plutôt que les violeurs doivent être punis pour avoir infligé des blessures handicapantes à vie, au même titre, par exemple, que quelqu’un qui aurait crevé les yeux ou démoli les genoux de sa victime.

    1. Cher monsieur, quand on subit le viol, on ressent la mort de notre âme, et à chaque fois que ça nous hanté, toute notre vie, vous n’avez aucune idée de ce que c’est.

    2. Je constate que certains hommes se permettent de commenter qu’un viol est comparable à une agression banale, bon sang il y a encore beaucoup de travail à faire.
      Ce sont les mentalités qui doivent évoluer, mais aussi la justice ! Une honte que la plupart des viols soient minimisés, très peu condamnés et quand il y a une peine, elle est ridicule, les violeurs seraient idiots de ne pas s’en donner à coeur joie, honte aux juges, à la justice, à la police, au gouvernement, aux abrutis qui rêvent d’un monde sans prison : imaginez subir une agression ou un de vos proches.

      1. Apparemment cela ne les touchent pas . Il ne s ‘ agit pas de leur personne ni de leur femme ou fille ou enfant . On n ‘ est toujours pas sortis des cavernes . Pour ceux-ci la femme fille ou enfant n ‘ est rien d ‘autre qu ‘ un jouet . Hé bien moi je dis NON !!!! Surtout pas . Nous sommes des etres humains . Sauf que pour les violeurs que je mettrai dans une autre catégorie . Et surtout absolument pas excusables .La justice dans bien des domaines donne raison aux coupables .

    3. le viol tue la victime en la laissant vivante. une personne violée c’est une personne brisée à qui il faudra de nombreuses années popur s’en remettre et une pugnacité qui demande bcp d’effort, au même titre qu’une personne bléssée à mort et qui se traîne dans son agonie

    4. Alors vraiment rien qu’en lisant vos propos on devine de suite que vous n’êtes pas une femme. Je pense sincèrement que vous auriez mieux fait de vous taire ! Qu’est ce que vous savez du viol ? Mais vous êtes sérieux quand vous comparez un viol à un genou abîmé ?? Vous avez un cerveau ou c’est creux dans votre boîte crânienne ??

  5. Bonjour Anna ,

    Votre combat est légitime c’est le moins que l’on puisse dire , il me semble necessaire de préciser que le viol est un crime punit comme tel aux assises avec de très lourdes peines à la clé lorsque les preuves sont accablantes , il laisse de nombreuses séquelles aux victimes , aggravées lorsque l’auteur de l’agression s’en tire avec acquittement comme c’est le cas pour vous ; vous avez raison d’insister sur les différentes facettes de ce à quoi peut ressembler un violeur , un ami « irréprochable » « intègre  » , un frère, un mari « modèle  » , une personne publique que tout le monde chéri , comment pourraient t-ils commettre un acte aussi insensé , dénué de toute empathie , de toute humanité ?
    Et c’est bien là le problème number one en cas de dénonciation , on juge à priori la victime coupable avant le criminel , un non sens absolu !

    Je vous souhaite de vous reconstruire autant que cela vous est possible .
    Bien cordialement Anna !

  6. si j’ai signé les pétitions dont celle d’AnnaCircé dés le début malgré que je soit un homme je comprend ce qui ce passe pour une femme le viol détruit de l’intérieur on ne peut plus vivre de la même façon c’est quelque chose qui vous reste dans un coin de la tête toute la vie je serai toujours du côté de la victime ma nièce a été victime d’un attouchement de la part de quelqu’un de l’entourage professionnel de son père il était responsable d’une exploitation c’était un de ses employé (au dessus de tout soupçons) ma soeur et mon beau frère ne l’ont pas cru moi j’ai appris ça bien plus tard sinon j’aurais réagis , j’ai une fille de 10 ans si un jour elle me confie qu’elle a été victime de viol ou d’attouchement je ne pourrais faire autrement que de la croire je risque d’avoir une réaction violente qui sera proportionnelle a ce qui lui aura fait je sais que ce n’est pas une réponse approprié mais ces gens la doivent être puni a hauteur du crime je suis avec vous a cent pour cent continuez , dans la justice et les forces de l’ordres le lobby des hommes qui sont pour le violeur et qui ne crois jamais la victime est puissant depuis très longtemps les hommes ont relégué les femmes au second rôle a quand une présidente de la république a quand des femmes daux postes les plus important quelle soit payé comme les hommes pour un même poste que les produits féminin soit aux mêmes prix que ceux des hommes enfin je m’égare du sujet battez-vous ne lâchez rien je vous soutiens je vais essayer de venir a la manif du 24 novembre a quel endroit doit-elle ce passer bon courage Anna et a toutes les victimes

  7. Bonjour Anna,
    Je suis psychanalyste et sophrologue
    J’ai commencé une procédure et réflexion pour mon viol commis il y a près de 2 mois, avec une amie psychothérapeute qui en a ras le bol comme moi de ces femmes que nous recevons et qui ne portent pas plainte.
    A titre personnel, je sais ce qui m’attend puisque ma propre fille de 19 ans ne veut plus me voir, car il s’agit d’un de ses amis extrêmement sympa aux yeux de tous. Je vis évidemment un stress post traumatique.
    Mon premier viol a été commis lorsque j’avais 13 ans. J’en ai aujourd’hui 51.
    Je vous invite à jeter un œil sur mon avant dernier post Facebook sur Laurence Mouton Sophro Yoga.
    A bientôt, j’espère pour agir ensemble afin de faire bouger les mentalités.

  8. Le chemin est long pour que les femmes soient dans la tête de certains hommes considérées comme leur égale en droits. Nous sommes dans une période régressive qui n’est pas favorable et pourtant, vous et beaucoup d’autres font du bruit et portent haut la fierté rebelle d’être femme et de mettre à bas des millénaires de domination masculine dans l’organisation des sociétés humaines (?) . J’admire votre force et souhaite qu’elle soit assez solide pour que votre quotidien de vie demeure aussi beau que possible.

  9. J’ai 54 ans et de plus en plus d’amies ou connaissances parlent d’agressions qu’elles ont vécues. Ça va de 8 ans à 13 ans, 25 etc. Il n’y a pas d’âge et souvent elles ont occulté cette agression. Ca ressort des années plus tard et elles n’en ont jamais parlé ou très peu. Ces femmes racontent encore ces agressions en minimisant la violence, la cruauté, l’humiliation…
    Est ce que ça va s’arrêter enfin.

  10. Bravo et merci pour votre action ! Ces agissements sont immondes et prouvent que l’on n’a pas quitté le moyen âge dans tous les domaines … ni dans toutes les têtes !!! Ce qui me surprend vraiment c’est que des femmes adultes puissent ne pas agir pour faire condamner celui qui a abusé d’elles … De la part d’une enfant ou d’une très jeune fille, cela peut malheureusement se comprendre, mais qu’une personne adulte puisse imaginer survivre dignement sans avoir « attaqué » en retour, sans empêcher que son violeur ne reproduise les mêmes gestes et sans le voir au minimum traduit en justice …
    Quant à l’entourage qui ne cautionne pas la victime et va même jusqu’à s’éloigner d’elle, je ne peux même pas imaginer l’atroce déception que cela engendre ni le sentiment de trahison qui s’ensuit …
    A toutes celles qui ont vécu cet enfer j’adresse ma plus sincère sympathie et leur souhaite un courage à toute épreuve !

    1. Je vous remercierai de ne pas accabler celles qui comme moi n’ont pas porté plainte.
      Vous n’avez visiblement pas subit ce que j’ai subi et votre réflexion est une attaque de plus envers les victimes.
      Nous sommes les seules à avoir le droit de décider de ce que nous voulons faire.
      Dans mon cas je n’avais aucune chance d’obtenir justice puisque :
      1 J’ai été violée par un rendez vous galant avec qui j’avais échangé des textos « sexy » la police aurait eu accès à ces messages
      2 je l ai invité chez moi en sachant que nous serions seuls
      3 J etais consentante tant qu’il n y avait que des bisous et des calins je voulais juste attendre un second rdv avant d’aller plus loin
      4 même si j’ai dit non à plusieurs reprise je me suis totalement tétanisé lorsqu’il a mis ses mains autour de ma gorge je n’avais donc aucun bleu aucune trace de lutte.
      Comment voulez vous que quelqu’un soit condamné avec aussi peu d’éléments ?
      Alors arrêtez juste de juger les victimes
      Merci

  11. Comme c’est difficile de lire ça, cela fait tant écho à mon histoire je m’y suis tant reconnue… Quant a moi, jai egalement été traitée de menteuse par des connaissances communes, de pauvre tache, de merde, de connasse et de salope meme, que j’en avais envie mais que j’assumais pas, et que tout le monde savait apres tout quelle pute j’étais. On m a meme reprochée, finalement, d’être une voleuse car je ne voulais pas le revoir ni lui reparler pour lui rendre quelque chose qu il m’avait prêté avant.

    Longtemps j’ai cru que c’était de ma faute. Apres tout javais trop bu, je n’aurais pas du boire. Et puis je ne lui ai dit non que 3 ou 4 fois… peut-etre qu une de plus? Peut etre que si je n avais pas lâché prise pour en finir vite ? Peut etre que j’ai ete lache et que c’était de ma faute si je me sentais ainsi piégée. Puis j avais une jupe alors bon, aussi quoi… Bourrée a n’en plus pouvoir marcher seule, en jupe, épuisée a en tomber de fatigue au premier mur venu, il m a aidée a m allonger. J’ai ete stupide. Je lui ai dit de rester. Je me sentais mal, j avais besoin de savoir que si je devais me deplacer, quelqu’un pourrait m aider. C etait un ami quoi… Et puis etre seule quand jai bu, ca me fout le cafard, ca me rappelle de mauvais jours. Malheureusement je n aurais jamais du et c est ma faute.

    Enfin cest ce que je pensais.

    J’essaie avec le temps de me dire que non. Que je ne suis pas coupable de ce que j’ai eu tant de mal a nommer « un viol » et que personne ne l est. Meme si c est encore dur aujourd’hui de ne pas repenser le contraire (pour ma situation).

    Courage a toi, merci pour ton témoignage si touchant et tant empli de vérité sanglante pour les coeurs meurtris.

    1. Non, n inversons pas les rôles.. Ces mecs sont des malades. Nous en sommes encore là : elle portait une jupe… Cette société régresse et cela ne me convient pas du tout,! Abuser d une femme est un acte abject, lâche…

  12. Merci Anna pour ce témoignage qui vous vient du font du cœur (exprimé avec vos tripes diraient certains) et qui respire la sincérité et la vérité. Il est difficile de comprendre la décision de la justice et faute de mieux -puisque la réparation est impossible – je vous soutien pleinement et vous dit courage. Continuez à vous battre et pensez d’abord et surtout à vous. Toutefois, dans votre témoignage je ne vois pas comment interpréter le propos suivant :  » Le second violeur a été acquitté mais la majorité estime tout de même qu’il est coupable et se range de mon côté  » ; il y a des clés de compréhension qui me font défaut.
    Ceci dit, si ce n’est pas trop vous demander, permettez moi un conseil : ne restez pas seule à vous battre. Partagez tout ce que vous avez envie de partager avec vos proches (familles peut être mais aussi et surtout amies et amis) ; c’est probablement un des meilleurs moyen à utiliser pour vous reconstruire. Par ailleurs, ne restez pas seule sur le front et sur le pont à vous défendre et à nous exprimer votre ressenti. N’hésitez pas à demander à vos amis(es) de prendre le relais pour vous soutenir et partager avec notre « communauté ». J’espère que vous comprendrez le sens et l’intérêt de ces propos. Si pour ma part j’ai du mal, comme vous, à encaisser l’acquittement de votre violeur ma priorité va à votre bonheur (comme à toutes celles qui d’ailleurs ont connu ce même enfer). N’hésitez pas à vous faire aider pour sortir de cet enfermement. Pour conclure j’espère ne pas vous avoir blessée et par ces quelques propos ne pas avoir fait de maladresse.
    Avec toute ma solidarité, mes encouragements et, si vous le permettez, mon affection.

  13. Bonjour Anna,
    J’ai aimé vous lire car vos paroles sont claires et je les trouve vraies. Difficile effectivement de croire à tel ou tel viol.
    On cherche des circonstances atténuantes, du style « elle l’a forcément allumé ou aguiché » au lieu de se dire « mais comment se fait-il qu’il ait perdu sa morale, qu’il est été vulnérable au point de faire mal à cet enfant, à cet individu ? Est-ce que moi aussi je ne pourrais pas faire mal, ne plus avoir aucun contrôle sur moi-même, péter les plombs et être extrêmement violent au point de nuire à la santé physique et morale d’autrui ? »
    Ces questions, on ne veut pas y être confrontés. On préfère se dire qu’on est meilleur que l’autre.
    Mais la réalité, c’est que comme vous dites, si on n’y fait pas face, on ne pourra pas avancer.
    Nous avons tous un cheminement à faire vis à vis de la violence.
    L’humain est un être violent. On ne nait pas tous bienveillant comme mère Thérésa, l’abbé Pierre ou Martin Luther King…
    Heureusement que les victimes dont vous êtes une figure « emblématique » commencent à parler et que les lois évoluent pour les protéger. Il n’y a que comme cela que les humains pourront tous devenir bienveillant. Tant qu’un violeur n’a pas été reconnu comme tel, comment voulez-vous qu’il comprenne le mal qu’il fait ? Je suis d’accord avec vous. Il se ment à lui-même en espérant que ce ne soit pas si grave, la vie continue.
    Je commence à penser que les actions bonnes comme mauvaises ont toutes des conséquences sur les autres, sur l’Homme.
    Vous pouvez être très fière de vous. Votre courage est une grande force pour nous tous. Je vous en remercie.
    Vous donnez de l’espoir à mon humanité 🙂

  14. Je connais le problème car victime d’attouchements de la part de mon père étant petite . On occulte ces choses subies pour se protéger et elles ressortent à l’âge adulte ,pour ma part vers 30 ans ! Je n’ai pas subi de viol et heureusement mais hélas les agressions sexuelles se passent majoritairement dans la famille et en tant que victime on a toujours honte et peur d’en parler ! Il faut absolument dénoncer ces agresseurs quels qu’ils soient et qu’ils payent car ils foutent en l’air la vie de nombreuses femmes ! Je vous comprend et je vous trouve courageuse ,continuez votre combat ,je suis de tout coeur avec vous car il est temps que les choses changent dans ce domaine ! Les violeurs sont des prédateurs aussi dangereux que les tueurs car ils arrive souvent qu’ils suppriment leurs victimes donc à punir très sévèrement ,beaucoup plus qu’actuellement ! Leurs peines sont assez dérisoires ……..
    Prenez soin de vous pour vous reconstruire !
    Pour la manif du 24 novembre ,ou a-t-elle lieu ? dans quelles villes ?
    Je vous souhaite le bonheur que vous méritez !

  15. Je vous comprends et vous soutiens à 100 % Anna ! J’ai été victime d’un viol le 21 novembre 2017, les forces de l’ordre ont été remarquables en prenant mon témoignage très au sérieux (car ils éprouvent plus de difficultés lorsque la victime est alcoolisée ou dénonce son mari par exemple) et ont été très efficaces. Malheureusement il aura fallu 3 victimes avant de l’arrêter.. dans les journaux on pouvait lire « l’auteur présumé de viols, ce père de famille bien sous touts rapports….. »
    Au départ il disait que j’étais consentante (cela n’a pas tenu longtemps devant la brigade qui a traité mon affaire) pour après dire qu’il ne se rappelait pas vraiment des faits….
    Il a fait un séjour de 24h dans un hôpital de Tours avant transfert dans un établissement penitentiaire psychiatrique et il en a profité pour s’échapper par le faux plafond et agresser un aide-soignant pour s’échapper !! J’étais terrorisée ! La police, la gendarmerie, des maitres chiens et le GIGN l’ont recherché durant 48h, au total une soixantaine de personnes ont été déployées !
    Une fois appréhendé, ils l’ont transféré dans une cellule psychiatrique à Orléans car il avait des idées suicidaires..
    Et finalement moins d’une semaine après il se pend dans cet établissement avec ses draps……
    Donc pour moi c’est très difficile car j’ai osé parler, l’avouer à mes proches, mes parents, ma soeur, mes amis….cela a été éprouvant mais ma motivation était de témoigner à huit clos devant lui, le confronter à ses terribles actes et lui montrer les conséquences. Mon implication était telle que j’avais beaucoup de contacts et d’informations en principe non dévoilables avec les gens de la brigade….
    Mais tout cela s’écroule avec son suicide, il n’a pas supporté le poids de sa conscience, le regard de sa famille (qui le soutenait pourtant).
    Moi je n’aurais jamais de procès, mon statut de victime n’est pas officiellement reconnu même si il a avoué, mon histoire restera à jamais inachevée……..

    Ne baissez pas les bras, ne vous empêchez pas de vivre même si vous y repenserez, ne laissez pas votre violeur ou harceleur gagner et vous ronger…..
    Et surtout je conseille à toutes les personnes d’oser s’exprimer, j’assume qui je suis et ce qui m’est arrivée, j’ai modifié certains comportements et je suis plus méfiante mais au fond, même si il m’a pris quelque chose qu’il ne me rendra jamais, je suis une battante et j’aimerais donner ce courage à d’autres… notre vie est loin d’être terminée et je ne veux pas faire de cette nuit une dominante…….

    COURAGE !!!

    Aurélie J.

  16. bonsoir Anna. je suis bouleversée à chaque fois que je vous lis. Vous devriez rendre votre affaire public au delà des réseaux sociaux et de cette pétition qui n’est lue que par qq personnes qui peuvent se sentir concernées par votre histoire ou qui ont vécues la même chose. il vous faut passer à la vitesse supérieure et faire connaitre votre histoire au niveau nationale. d’autres personnes peuvent se reconnaître dans votre histoire. A plusieurs vous aurez plus de poids et vous faire entendre et reconnaître en tant que victime. Ne vous arrêtez pas là, continuez votre combat. Pour vous, pour celles qui comme vous, n’ont pas le soutien ou la force de la faire. Les mentalités sont en train de changées.
    bon courage Anna et ne baissez pas les bras.

  17. Quand je lis votre lettre,je ne peux m’empêcher de penser à ma fille qui en a subit les conséquences par son oncle en 2001!Il devait faire 6 ans de prison avec obligation d’être suivi à sa sortie!Et au lieu de 6 ans , il a fait 2 ans de prison pour bonne conduite!Cherchez l’erreur!Et comme vous dites si bien , les victimes en faites sont considérés comme coupable par l’entourage!On se demande parfois dans quel monde on est!Je vous souhaite beaucoup de courage!

  18. Hélas pour vous , la justice est très souvent complice par peur de prendre des décisions qui feraient jurisprudence , et surtout en acquittant le coupable elle efface du même coup ses insuffisances qui ont été la cause de ce délai incompréhensible ! Il est sur que si votre père ou votre mère avait été juge le verdict aurait été bien différent … il reste bien des luttes à mener pour que notre société évolue dans le sens de l’équité. C’est pourquoi je soutient les mouvements féministes .

  19. Je sais que chacun a ses soucis , une chose est certaine , jamais au grand jamais il ne faut soutenir les bourreaux, les pervers . Mais, il y a une chose qu’il nous faut comprendre , sans excuser. La finalité brutale arrive parfois au bout d’un chemin qui n’a pas été choisi et qui conduit à des conséquences terribles . La sanction devrait aboutir peut être à une castration obligatoire ou du moins une rééducation ! Notre civilisation malheureusement s’interroge si une gamine de 10ans est consentante ou pas . C’est ignoble , pourtant ceux qui se posent ces question sont aussi « au dessus du panier » .
    Je pense toujours, à La victime raisonnable, au regard d’enfant perdu , découronnée défigurée……… (c’était Eluard lorsque l’on tondait les femmes qui avaient aimé .
    Anna, continuez , Dans ce monde de brutes , seul la persévérance au combat peut changer l’ordre des choses . Parfois, c’est dans la douleur que l’être comprend la profondeur de l’esprit et qu’il constate le dérisoire devant l’infini……et la lâcheté dans le permissif!

    Depuis le début , je constate que des voix se sont élevés . Fini « l’idiot de service » qui classe un dossier en se moquant . Même s’il doit y avoir toujours des pervers il y aura aussi des gens à vos côtés . Parfois simplement un sourire une complicité peut changer aussi l’ordre des choses . Je constate que beaucoup de monde voudrais vous aider , mais chacun a aussi ses limites . Ce qui est certain , ce qui communiquent vous aiment .

    Bonne chance, continuez! j’espère que l’édition marche , quand à la révolte il y a un verset dans la Bible qui dit : » C’est pour la liberté que Christ nous a affranchi donc si nous sommes affranchi , même dans ce monde d’interdits , nous sommes libres!

    Bon courage vos démarches montrent que vous avez gagné , même si des hommes restent toujours au dessous de l’Animal, et même si des hommes « copulent  » avec l’injustice . Votre détresse fait révéler des souffrances emmurées jusqu’à maintenant dans le silence et qui osent le dire . Vous savez qu’il existe des associations pour vous regrouper . Peut être même vous en avez crée une ? Nous recevons toujours vos informations avec plaisir
    Bien à vous Anna

  20. Je suis aussi pour plus d’efficacité dans la justice il faut évidemment améliorer le fonctionnement pour que les violeurs soient condamnés et pour que les victimes soient mieux protégées et soignées .
    Plus globalement il faut agir contre toute violence physique en premier lieu !
    Encore bon courage et désolée si je suis maladroite !
    Carole

  21. Tout ceci est d’ une violence insupportable et d’une injustice intolérable. Si on sait écouter, on se rend compte à quel point ces crimes sont communs, presque banalisés. Et croyez moi, les lanceurs d’alerte ne sont pas bien considérés non plus. La lecture de ce livre est édifiante: https://www.dunod.com/sciences-humaines-et-sociales/livre-noir-violences-sexuelles-0
    Mon sentiment est fait à la fois d’horreur, de colère, de sentiment d’intense injustice et…d’impuissance, aussi. Car à part écouter et relayer de l’info, on ne voit pas trop quoi faire. Courage à toutes.

  22. Ce combat est noble et je ne peux que le soutenir. Les langues se délient, les gens parlent, se livrent ou dénoncent eux aussi. J’espère qu’il y aura un avant et un après. Vous faites beaucoup pour la cause des femmes, pour qu’une prise de conscience existe, pour mieux protéger les victimes. Bravo pour toutes ces femmes que vous défendez, protégez, aidez …

  23. Bonjour.je crains qu’un certain pouvoir souhaite donner les femmes ET les adolescent(es) dépénalisation) en « distraction » aux nouveaux esclaves de l’économie mondialisee ?😎

  24. Bonjour
    j ai signé votre pétition , je viens de lire votre texte et je suis navré de voir que les choses bougent si peu .
    VOUS AVEZ TOUTE MON ADMIRATION

  25. comme a chanté Jacques BREL , non Anna tu n’es pas seule . Tu as déja montré beaucoup de courage , ne renonce pas , tu es un espoir pour toutes les femmes , un encouragement à porter plainte pour toutes les femmes victimes d’agression .
    bisous .

  26. Un témoignage fort : comment expliquer que dans votre parcours la même situation, celle du viol, s’est répétée deux fois avec des agresseurs différents ?
    Trop souvent j’ai l’impression qu’il est impossible de briser les spirales maudites auxquels nous sommes tous assujettis. Pourtant vous, vous êtes une victime active qui ne se laisse pas faire : à chaque fois, vous avez porté plainte auprès de votre mère d’abord quand vous étiez enfant, ensuite au tribunal. Vous avez pris aussi d’autres initiatives : pétition, témoignage auprès des médias, blog et demande de soutien pour votre procédure (envoi d’une lettre au procureur) à laquelle moi et d’autres ont participé. Pourquoi cela ne s’arrête pas ? Si la vie avait un sens, pour moi, votre spirale devrait s’arrêter ! Quant à cette société, pour dire simple, elle me dégoûte. Des gens autour de vous qui vous méprisent ou sont indifférents parce que vous êtes victimes. Je connais cela ayant vécu à l’école pdt 4 ans le harcèlement scolaire, confirmant votre opinion que les bourreaux sont plus populaires et soutenus. Des bourreaux trop bêtes et pulsionnels comme le premier que vous citez qui a continué de vous harceler pdt 6 ans car trop arrogant et trop con pour réfléchir à autre chose qu’à sa petite personne, il n’a pas supporté une sanction justifiée ! Des autorités trop perverses qui refusent de sanctionner les bourreaux même qd les preuves de leur culpabilité sont données. Des autorités conservatrices aussi qui sont incapables de changer de politique malgré les siècles qui passent comme les hommes qui se sont montrés globalement incapables d’évoluer dans leur mentalité machiste, leur soif de puissance et leur liberté dans la violence ! L’Enfer est sur Terre mais les humains ont tout fait pour l’aggraver, le creuser, l’étendre toujours plus. On le voit aujourd’hui d’ailleurs avec les catastrophes nat., la pollution, l’épuisement des ressources qui frappent. La nature s’effondre ou reprend tout et c’est nos cités, nos vies même de pauvres créatures perverses qui sont menacées. Fin des temps, fin de la civilisation et sans doute même, au vu de la gravité de la situation, fin de la vie pour les espèces biologiques terrestres. Aller trop loin dans le mal comme l’a fait l’humain au pouvoir (autrement dit surtout le genre masculin), c’est empêcher le changement, condamner bien des choses qui n’ont pu naître ou se développer. Verdict pour moi et bien d’autres : l’homme, la pire des espèces vivantes !

  27. Je suis parfaitement d’accord, vous avez parfaitement raison dans chacun des points que vous évoquez.

    Je vous soutiens infiniment en totale proportion avec la taille de notre univers qui est lui-même en permanente extension et ce de plus en plus rapide : Si chacun des français et autres personnes de ce monde pouvaient en faire autant, hormis les malfaisants qui ne sentiront absolument pas concernés, bien sûr et bien au contraire, ce serait enfin bien, ou même à minima tout simplement normal.

    Tout cela est une honte inhumaine totalement inacceptable et se doit d’être puni à la hauteur des immenses préjudices personnels et familiaux commis.

    Courage, courage, courage, Anna.

    Soyez absolument sûre que je vous accompagne en permanence, à chaque instant de votre vie, de ma colère contre ce que vous avez subi et de mon empathie totale et absolument permanente, compatissante, combattante.

    Denis Grimaud, Ermont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *