Censurée et désactivée pour mes idées

Hier soir, quelle surprise ! Mon compte et mes pages Facebook ont disparu. Plus rien. Pas de motif, pas d’avertissement. Rien.

Comme vous le savez, je m’engage énormément pour des causes et je me bats pour faire avancer la Justice et faire entendre ma voix. 

Je mène des projets solidaires et j’écris un peu trop fort apparemment…

J’ai ouvert un autre compte, mais tout le travail accompli depuis un an et demi est parti dans les méandres de la censure.

Pour rappel : j’ai dénoncé fortement cette Justice trop lente qui ne me protège pas contre mon violeur. J’ai déposé plainte en novembre 2011 et mon agresseur n’est toujours pas passé aux Assises. Le Parquet avait trois mois pour rendre un avis, je n’avais rien au bout de 16 mois… J’ai donc fait intervenir la presse, les réseaux sociaux et une pétition. Résultat : en une semaine, le parquet avait repris mon dossier et rendu son avis… Mais j’ai fait beaucoup de bruit, beaucoup trop apparemment. De plus, je m’occupe également des projets pour Giani, 28 ans, entièrement paralysé après une agression à l’arme blanche et nous nous attaquons maintenant au volet judiciaire. Je dénonce et me bats beaucoup pour enrayer les injustices et faire bouger ce que je peux. Mes engagements sont forts et j’aiderai encore et encore.

Ma voix compte ! Je me battrai pour que nous ayons le droit de nous exprimer et de dénoncer ce qui mérite de l’être.

Je vous aime, au passage !

Anna

Ma pétition 

La pétition pour Giani 

Mon nouveau compte

Share Button

Un commentaire sur “Censurée et désactivée pour mes idées

  1. Bonjour Anna, je suis aussi victime de violes par des collègues de travail. Je ne peux plus les voir. les chiffres sont écœurants. J’ai aussi des troubles du comportements c’est à dire que je n’agit pas comme avant les violes. Des insomnies, peur de sortir, je n’ai plus confiance. Je suis déstabilisée par ces traumatismes. Ça c’est passé chez moi j’ai appelé la police et nommé les agresseurs et on refusé de venir me chercher. Il m’a dit de venir porter plainte, hors j’étais incapable de conduire et je ne savais pas ou étais les personnes qui m’ont agressé. Une honte ! C’est inqualifiable ! J’ai appelé les pompiers et m’ont dit qu’ils n’étaient pas taxi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *