Changer de vie, le déclic !

On a tous rêvé un jour de changer de vie, on y pense, on fait des projets et on attend le fameux déclic. Et parfois, après avoir lu un livre, on se dit : « Cette fois-ci, je vais tout changer! »

Si vous attendez ce déclic, décollage immédiat !

 

1- Transformez votre vie, Louise Hay

9782501084826Volontairement, je commence cette chronique avec un petit guide. Ce livre est très bien construit et il donne beaucoup de clés afin de transformer sa vie. Surtout, il regorge de conseils concrets sur la confiance en soi. De mon point de vue, il faut appliquer presque à la lettre les conseils donnés pour percevoir une évolution. Il ne faut pas piocher par-ci, par-là, car c’est une méthode globale. Je le conseille car il foisonne d’exercices et de conseils. Il peut être votre déclic, le commencement d’une transformation.

Et, bonheur, il ne coûte que 6,50 euros !

 

 

 

 

 2- Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano

1540-1 (2)

Waouhhhh ! Alors, ce roman, c’est une petite merveille ! L’écriture est fluide, l’histoire est ponctuée de réflexions sur soi et sur sa vie en général. J’aime beaucoup cette façon de romancer le déclic, le changement car je pense que cela a nettement plus d’impact sous cette forme qu’un guide… C’est plus personnel, le lecteur peut s’identifier et ancrer les conseils dans une histoire, dans un quotidien.

« – Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë. – Une quoi ? – Une routinite aiguë. C’est une affection de l’âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude… – Mais… Comment vous savez tout ça ? – Je suis routinologue. – Routino-quoi ? Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves… »

J’ai vraiment été touchée par la transformation de Camille, qui résiste, résiste, et résiste encore. Tout comme nous au quotidien. Le roman est un vrai tourbillon, il nous entraîne de pages en pages, il nous met KO mais avec le sourire !

 

3- Demain est un autre jour, Lori Nelson Spielman

9782266236799Je vous avais déjà parlé de ce roman dans une vidéo, et telle une criminelle, je récidive ! L’histoire est originale, elle surprend vraiment. Brett est une trentenaire qui était très proche de sa mère. Au début du roman, on assiste aux funérailles de cette dernière. Brett a deux frères avec qui elle et sa mère n’étaient pas spécialement proches. La mère de Brett a une entreprise florissante et la jeune femme s’imagine hériter de l’empire familial, il n’en sera rien. Lors de la réunion relative à l’héritage, Brett apprend qu’elle n’aura qu’une lettre venant de sa mère et rien d’autre. Il s’agit d »une liste d’objectifs que la jeune femme avait rédigé quand elle avait quatorze ans, elle aura alors un an pour tous les réaliser afin d’obtenir son héritage.

L’auteure a un véritable talent, tout d’abord l’histoire est parfaitement imaginée mais ce qui est fascinant c’est cette capacité a nous émouvoir, à nous saisir et ne plus nous lâcher jusqu’à la fin. On réalise qu’on a peut-être mis nos rêves de côté, à cause du quotidien, de l’argent, de la réussite. Ce roman permet de se recentrer, de sonder l’innocence.

J’ai été troublée dès les premières pages, le récit de la relation entre Brett et sa mère est poignant :

« Un gémissement s’élève dans ma poitrine, brisant le silence. Je porte la main à ma bouche pour le retenir, en vain. Je me plie en deux et j’agrippe mes flancs. L’absence de ma mère provoque en moi une douleur physique. Comment vais-je parvenir à tituber dans ce monde sans elle? J’ai toujours en moi une petite fille qui sommeille.« 

 

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *